Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le petit monde d'Elora

Articles avec #mangas - drama

La petite Princesse / Princesse Sara (et autres adaptations)

27 Novembre 2015, 18:48pm

Publié par elora27

Adaptation en bande dessiné
scénariste : Audrey Alwett
Illustrateur : Nora Moretti
Coloriste : Claudia Boccato
Editeur : Soleil
Collection : Blackberry

 

Les tomes de la série
T.1 : Pour une mine de diamants
T.2 : La princesse déchue
T.3 : Mystérieuses héritières
T.4 : Une petite princesse
T.5 : Retour aux Indes
T.6 : Bas les masques
T.7 : Le retour de Lavinia
(série en cours)

 
Histoire
Sara a toujours vécu aux Indes, quand son père, le capitaine Crewe, l’emmène parfaire son éducation dans un pensionnat de jeunes filles à Londres. Les amitiés se révèlent avec Ermengarde et la petite Lottie, et les inimitiés avec cette peste de Lavinia et surtout la directrice pète-sec : Miss Minchin. Néanmoins, grâce à sa richesse et son talent dans tous les domaines Sara devient vite la star du pensionnat, d’autant que son père lui envoie des lettres surprenantes : il investirait dans des mines de diamants...
Miss Minchin rivalise d’imagination pour flatter et gâter son élève, jusqu’au jour où deux avoués se présentent au pensionnat. Le capitaine Crewe est mort ruiné, laissant sa fille sans le sou. (
Source bedethèque.com)
 
Mon avis
Cette série nous emporte dans l’univers Streampunk, tout en restant fidèle à l’histoire original de Frances H. Burnett. Les illustrations sont un mélange de manga et de bande dessinée franco-belge, un pur régal pour les yeux. Une histoire fidéle à l'oeuvre original, mais les auteurs se sont parfaitement approprié les personnages et ce n'est que du pur bonheur à la lecture.
Dans le premier cycle (tome 1 à 4), nous suivons Sara qui entre au pensionnat de Miss Minchin... (j'en dit pas plus pour ne pas spoiler l'histoire ^^). Puis dans le second cycle (tome 5 à 8), 10 années se sont écroulés, Sara est devenue une magnifique jeune femme, elle part aux Indes avec Becky et Ram Dam. La jeune femme souhaite retrouver les souvenirs de son enfance et les derniers héritages de son père...
Princesse Sara est une très bonne série dans la lignée de la Rose Ecarlate que ces fans aimeront.
 
* * * * * * * * * * *
 
Adaptation en Manga
D'aprés l'oeuvre de Frances Hodgson Burnett
Illustrateur : Azuki Nunobukuro
Editeur : Nobi Nobi
Collection : les classiques en manga
 
Histoire
Dans l'Angleterre du XIXe siècle, Sarah Crewe, sept ans et orpheline de mère, est placée par son père, riche homme d'affaires encore jeune devant se rendre aux Indes, dans un pensionnat afin d'y recevoir la meilleure éducation. Dans les premiers temps, la petite fille est traitée avec tous les égards dus à sa fortune. Malheureusement, la faillite et le décès de son père font basculer la vie de Sarah qui devient une petite servante brimée et sans cesse rabaissée par Miss Minchin, la directrice du pensionnat, et par Lavinia, une camarade classe qui la jalousait.
Sarah va vivre misérablement, de plus en plus durement. Elle doit faire les courses, le nettoyage des pièces de l'établissement, doit laver le linge, faire la vaisselle... La journée, elle tente de conserver à l'école une apparence forte, mais le soir entre les murs de sa mansarde, elle se laisse aller au désespoir... Cependant, grâce à son courage et ses amis qui l'aident, comme Becky la femme de ménage, ou Lottie et Ermengarde ses anciennes camarades de classe, elle parviendra à surmonter les durs obstacles de la vie. (source manga-news)
 
Mon avis
Une trés bonne adaptation du roman que j'ai découvert dans mon adolescence. Les illustrations nous redonnent vraiment l'ambiance et l'univers du roman tel que je l'imaginais lors de ma première lecture. L'illustrateur n'a pas dénaturé les personnages, ils sont tel que je me les imaginais (mais ils sont un peu trop du copié/collé du dessin animé des années 80-90 "princesse Sarah", pour ceux de ma génération, ils savent de quoi je parle ^^).
C'est toute de même un bon manga pour une première approche de l'oeuvre de l'auteur...
 
 
Octobre 2015 : rajout du manga
Mars 2014 : création de la fiche

Voir les commentaires

Tokyo Bandwagon

20 Novembre 2015, 13:24pm

Publié par elora27

Pays : Japon
Année : 2013
Nombre d’épisode : 10 épisodes de 45 minutes
 
 
Histoire
Dans le quartier de Shitamachi à Tokyo, se trouve une librairie d'occasion appelée « Tokyo Bandwagon, les Contes de la famille de Shitamachi ». Cette librairie est bien connue du voisinage et appartient à la famille Hotta depuis quatre générations. Hotta Kanichi, le patriarche de la famille, est le directeur de la librairie. Son fils Ganato est une légende du rock de son temps.
Le deuxième fils de Ganato, Hotta Ao, est le seul à avoir une mère différente au sein de la fratrie et bien qu'étant un ex-délinquant, il reste pourtant de nature bienveillante.
"L'énigme de la disparition d'encyclopédies", "l'enfant abandonné et le livre à l'origine de trous", " la peinture déchirée et la déchirure du livre d'archives" ... Tous les incidents se produisant dans le quartier de Shitamachi seront d'une façon ou d'une autre résolus par la famille Hotta, réputée comme étant quelque peu excentrique. (source dl.roadrunner5.net)
 
Mon avis
Je suis tombée sur ce drama par le plus grand hasard et j'avoue que j'ai adoré. Dés les premières minutes du premier épisode, nous faisons la connaissance de la famille Hotta : Kamichi (le grand père), Gonata (le père), Aiko, Kon et Ao (les petits enfants), Ami (l'épouse de Kon), Kay et Kayto (les arrières-petits enfants), sans oublier le fantôme de la grand-mère qui hante la librairie et ses commentaires loufoque sur les membres de sa famille !
L'histoire commence avec le retour de Gonata et de son légendaire « Love ». Puis nous suivons le jeune Ao qui rencontre Suzumi, une jeune étudienne en littérature ancienne. Celle-ci cache un secret qui lui permettra de trouver sa place dans cette drôle de famille... La relation entre Ao et son père est assez tendu, mais au fur et à musure qu'il mûrit, le jeune homme se raproche de son père.
Au cours des épisodes, la famille Honda vient en aide à des membres de leur entourage.
Les personnages secondaires, amis de la famille Hotta, sont très bien intrégrés et apportent leur pierre à l'histoire. J'adore particulièrement Fujishima, un riche client de la librairie, qui est amoureux d'Aiko mais qui n'arrive pas à se déclarer, c'est ce qui fait que c'est drôle !
Puis s'en sans rendre compte nous arrivons au dernier épisode où j'ai pleuré comme une madeleine sur la dernière chanson qui est magnifique: Walaté !
Au final, comment ne pas aimer cette famille unie et bruyante ? comment ne pas tomber sous le charme de leur librairie de livres d’occasion (bibliothécaire, l'amour des livres, je connais très bien ^^) ? Et comment ne pas être charmé par cette histoire qui nous touche vraiment ! Un pur régal qui fait du bien (la preuve, je me suis déjà regardée deux fois ce drama !)
J'adore les 4 chansons chantés par le personnage de Ganato (un grand chanteur au japon).

Sayonara Arigatou (générique)

Extrait du Drama avec la chanson Demons

Voir les commentaires

Barakamon

11 Septembre 2015, 11:49am

Publié par elora27

Auteur : Satsuki Yoshino
Editeur : Ki-oon
Nombre de tomes : 10 tomes de sortie en France (12 tomes, en cours au japon)
Genre : Shonen
Age : à partir de 12 ans
 
 
Histoire
Seishû Handa, étoile montante de la calligraphie japonaise, collectionne les prix d’excellence pour son travail. Beau et jeune, mais surtout d’une arrogance sans bornes, il met sa carrière en péril le jour où, excédé, il assomme un éminent conservateur de musée qui juge son travail “formaté et sans saveur”… Sanction immédiate pour ce coup de sang : Seishû est puni et contraint d’aller expier son crime sur une petite île, au fin fond de la campagne nippone !
Le jeune citadin, qui espérait au moins pouvoir pratiquer son art dans le calme, ne tarde pas à déchanter : entre les voisins qui débarquent à l’improviste et la bande de gamins qui a choisi son atelier comme terrain de jeu, la partie s’annonce compliquée… Attachants, irritants, farfelus et pleins de vie, les habitants du village vont chambouler son quotidien bien réglé. (source manga-news)
 
Mon avis
Seishû a peine arrivé sur l'île, où il a été exilé par son père après avoir agressé un éminent conservateur de musée, fait la connaissance d'une petite fille, Naru qui va envahir son quotidien. Mais petit a petit, la fillette va l'ouvrir aux autres. Seishû va découvrir l'entraide et l'amitié auprès des gens du village, chacun lui apportant des conseils qu'il mettra à profil pour son travail...
Tome 5 : Aprés bien des quiproquo et des péripéties en tout genre, Seishû Honda se sent comme chez lui sur l'île où les voisins s'entraident et aident leur prochains. Mais à la fin du tome 5, après 3 mois passé sur l'île, Maïtre Honda quitte ses nouveaux amis sans rien leur dire.
Les illustrations nous plongent immédiatement dans un univers doux et humoristique où les nombreux quiproquos mettant en scène le héros nous fait rire. Naru et hina sont toujours aussi attachantes, tout comme les autres personnages.
Barakamon (« avoir la pêche ») est une bonne série prometteuse qui fait du bien dans notre quotidien. Cette série nous donne toujours la pêche et on en redemande !
 
J'attends vraiment avec impatience de lire la suite des aventures de Seishû...
 
A suivre...

Voir les commentaires

Kare First Love

21 Août 2015, 13:43pm

Publié par elora27

Auteur : Miyasaka Kaho
Autres titre du même auteur : Binetsu shojo, ....
Editeur : Panini Manga
Nb de Tomes : 10 Tomes
Age : 14 ans

Manga - Kare first love
Manga - Manhwa - Kare first love Vol.6Manga - Manhwa - Kare first love Vol.10

Résumé
De nature timide, Karin s'est inscrite dans un lycée pour filles croyant y passer une scolarité paisible, mais c'est sans compter sur la méchanceté de ses camarades de classe. Karin essaie de se faire transparente... jusqu'au jour où elle croise le turbulent Kiriya dans le bus, dans des circonstances très embarrassantes... (source manga-news)

Mon avis
Un manga sur la vie des lycéens et sur leur amour.
Karin Karino est une jeune fille coincée et reservée. Mais elle va rencontré le turbulant Kiriya Aoi qui va pertuber sa vie bien ranger. Ils vont tomber amoureux l'un de l'autre. Au fil des pages, nous découvrons leurs premiers émois, leurs joies et les doutes.
Mais le père de Karin refuse que sa fille sorte avec Kiriya qu'il pense irresponsable...
Aprés avoir surmonté bien des épreuves et des obtacles, Karin et Kiriya trouveront le bonheur.
Un shojo comme j'aime, sans trop de gimauves. Une histoire d'amour, d'amitier, de relation parents/Adolescent. J'adore surtout le premier tome où Kiriya souléve la jupe de Karin sans le vouloir ! ;-) 
Un trés bon titre à conseiller à ceux qui aime les shojos.
 
Aout 2015 : rajout de l'avis
décembre 2009 : création de la fiche

Voir les commentaires

Saikou no Jinsei no Owarikata

31 Juillet 2015, 10:10am

Publié par elora27

Tiré d’un manga :
Pays : Japon
Année : 2012
Nombre d’épisode : 10 épisodes de 45 minutes
 
 
Histoire
Après la mort de son père, Ihara Masato hérite de l'entreprise familiale, une entreprise de pompes funèbres, qu'il a toujours détestée.
Il se doit de faire face à son nouveau métier et de traiter des corps amenés par la police, des victimes de suicide comme d'assassinat. Il s'occupe aussi des funérailles et d'ausculter les morts que la police lui a amenés. Dans certains cas où la police pensent que ce sont des morts accidentelles, Masato fait de son mieux pour trouver la vérité pour le bien de la famille de la victime.
Petit à petit, il en apprend sur la vie des personnes décédées, il commencera à mûrir et après la rencontre d'une jeune détective Sakamiki Yuki, des sentiments pour celle-ci naîtront.
(source résumé et image : anime-ultime.net)
 
Mon avis
Masato Ihara est le second fils d'un entrepreneur de pompe funèbre. A la mort de son père et en l'absence de son frère aîné, Kento, Masato doit s'occuper de ses jeunes frères et sœurs : Haruka, Hayato et Momoko. Pour cela, il décide de reprendre l'entreprise de son père, ce qui n'était pas une vocation va devenir pour lui un moyen de mûrir et de s'ouvrir aux autres. Conseiller régulièrement par un vieil homme, Iwatan, Masato aidera ses frères et sœurs à devenir des adultes et à trouver le bonheur.
Au fil des épisodes, on se pose des questions sur le mystérieux vieil homme et sur le frère aîné de la famille. Mais les réponses sont apportés petit à petit et le dernier épisode nous laisse en larme, mais avec une bonne dose d’optimiste sur la vie. J'ai adoré les bagarres pendant les repas qui finissent toujours en bataille rangé entre les deux sœurs. ^^
Un beau Drama qui parle avec pudeur et émotion de la mort et qui nous fait découvrir l'approche de celle-ci dans la culture japonaise (on devrait en prendre note !). A chaque épisode, je n'ai pas pu m'empercher de pleurer... à ne pas regarder si vous êtes déprimé ^^

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>